Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«Berlin on/off» raconte les (més)aventures d’un jeune Français naïf venu à Berlin s’initier aux arcanes de l’art.
© 123RF

Livres

Candide initié à l'art

Julien Syrac plonge un apprenti esthète dans un milieu artistique bouffi d’orgueil. Une satire jubilatoire

Un triptyque désopilant raconte les (més)aventures d’un jeune Français naïf, «au destin d’éponge» venu à Berlin s’initier aux arcanes de l’art. Premier volet: il est accompagnateur de poètes pour un agent littéraire jeune et cool qui peine à imposer ses auteurs dans la jungle très peuplée des événements poétiques. Après ce petit bijou de dérision, le voici modèle pour cours de nu, une séance de pose qui le confronte à sa colocataire dont il a piqué le châle comme cache-sexe. Enfin, il devient l’assistant d’un sculpteur russe, un ivrogne hâbleur, dans la campagne à l’est de Berlin, dévastée par l’exode économique. Derrière l’autodérision, le tableau d’un milieu artistique prétentiard et imbu de lui-même.


Julien Syrac, Berlin on/off, Quidam éditeur, 142 p.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps