Exceptionnellement déplacé du printemps à l'été, le 74e Festival de Cannes a lieu du 6 au 17 juillet 2021. Tous les jours en fin de journée, retrouvez la chronique quotidienne de notre envoyé spécial.

Chroniques précédentes:

Quelque part sur la Croisette, soigneusement choyée, la Palme d’or 2021 attend son quart d’heure de célébrité warholien, lorsque samedi prochain elle sera remise à un réalisateur ou une réalisatrice qui verra sa carrière – selon ses années de service – transformée ou consacrée. Redessinée à la fin des années 1998 par Caroline Scheufel, coprésidente de Chopard, la récompense suprême, qui permettait il y a deux ans au génial Bong Joon-ho d’enfin toucher un large public, est on le sait façonnée par la maison suisse du côté de Meyrin. Mais Chopard, ce n’est pas que la Palme. C’est aussi, chaque année depuis 2001, le Trophée Chopard, un prix en forme de pellicule dorée remis à une jeune actrice et un jeune acteur à suivre. Un pari sur demain, une mise en lumière de talents en pleine ascension.

A lire: Chopard veut se fournir exclusivement en or équitable

Les deux lauréats 2021 ont été révélés vendredi soir lors d’une soirée de gala organisée à l’hôtel Majestic, et parrainée par Jessica Chastain. Symbole d’une industrie en pleine mutation, l’Irlandaise Jessie Buckley (31 ans) et l’Anglais Kingsley Ben-Adir (35 ans) se sont tous deux distingués au cinéma et dans des séries. Alors qu’il fut un temps où les acteurs révélés par le petit écran devaient faire leurs preuves avant d’être acceptés par le monde du cinéma, les frontières sont aujourd’hui totalement poreuses, et c’est une bonne chose.

Un «animal sauvage» qui irradie l’écran

Actuellement à l’affiche d’Un Espion ordinaire, Jessie Buckley a été remarquée dans Chernobyl et la quatrième saison de Fargo. Il y a deux ans, elle était formidable en assistante de Judy Garland dans le biopic Judy. Son talent est d’autant plus épatant qu’on n’avait pas fait le lien entre ces différents personnages, tant elle semble malléable et parvient à totalement s’effacer derrière ses rôles. Actuellement en tournage au Canada, elle n’a pas pu recevoir son prix en main propre, mais a pu compter sur l’actrice Maggie Gyllenhaal, membre du jury cannois cette année, pour faire son éloge. L’Américaine vient de la diriger dans son premier film en tant que réalisatrice, et pour elle, Jessie Buckley est «un animal sauvage» qui irradie l’écran.

Sur «Fargo»: Quatrième farandole du crime

C’est sur la plateforme Amazon Prime qu’on a récemment pu admirer la classe de Kingsley Ben-Adir. Dans le film One Night in Miami, de Regina King, il campe un Malcolm X débattant avec verve du statut des Afro-Américains et des droits civils en compagnie du chanteur soul Sam Cooke et des sportifs Jim Brown et Cassius Clay, la nuit où celui-ci décidera de se convertir à l’islam pour devenir Mohamed Ali. Sur les plateformes, on a pu le voir dans les séries Peaky Blinders, The OA et High Fidelity. Et pour la télévision, il vient d’incarner dans The Comey Rule un certain Barack Obama. Lorsqu’il est monté sur scène pour recevoir son prix, on a vu Spike Lee, président du jury du 74e Festival de Cannes, brandir le poing. Il saluait un Malcolm X aussi convaincant que celui incarné par Denzel Washington dans son biopic de 1992.

Retrouvera-t-on Jessie Buckley et Kingsley Ben-Adir prochainement sur le tapis rouge cannois? Probablement, lorsqu’on jette un œil à liste des récipiendaires du Trophée Chopard. Avant eux ont notamment été sacrés Audrey Tautou, Diane Kruger, Gael Garcia Bernal, Marion Cotillard, Jonathan Rhys-Meyers, Jasmine Trinca et Léa Seydoux.