Plutôt qu'au bord du Léman, c'est cerné de cimes enneigées que Deep Purple balancera son hymne éternel «Smoke On The Water». Aux côtés de Magma, groupe mené par Christian Wander, le hard rock vieillissant des Britanniques constitue l'une des premières attractions de la deuxième édition du Caprices Festival de Crans-Montana.

L'événement de la station valaisanne, qui a débuté samedi dernier avec les furibards Asian Dub Foundation, a cette année étoffé sa programmation, allongé sa durée, aménagé une grande scène sur les pistes et réservé une place de choix aux groupes suisses. Au terme des neuf jours et nuits de ce festival conçu pour rajeunir l'image de la station, ce seront une soixantaine de concerts (payants et gratuits), une vingtaine de DJ et deux comiques qui s'y seront produits.

En attendant, Deep Purple et Magma côtoieront ce soir une passionnante jeune armada musicale aux accents folk-blues et rock, composée de Piers Faccini, Red et Laetitia Sheriff. L'album de Faccini, Leave No Trace, n'en finit pas de divulguer ses grâces folk-blues intemporelles. Autre songwriter élégant et vagabond, Red vient de publier Nothin'To Celebrate. De facture plus classique que ses précédentes livraisons, le quatrième disque du rouquin Français foudroyé par l'Exile on Main Street des Rolling Stones, par Dylan, Johnny Cash, Tom Waits et Bonnie «Prince Billy» n'en recèle pas moins quelques complaintes hantées. Quand l'artisan damné aux guitares scotchées laisse affleurer ses délires passés, les ballades toujours dépouillées mais trop policées de Nothin'To Celebrate prennent enfin du plomb dans l'aile. Sur ces rares chansons, c'est notamment Bonnie «Prince» Billy, justement, qui prête à la partition de Red sa voix fissurée. Laetitia Sheriff, native de Lille comme Red, apparaît aussi sur un titre de Nothin'To Celebrate, dans un rôle plus sage malgré un timbre pouvant se montrer aussi caressant que terrassant sur ses propres compositions. Les chansons de la jeune femme, adepte d'un folk-rock dru et racé sous haute influence anglo-saxonne (PJ Harvey, Catpower), jouent avec les lumières tamisées, les contrastes et sont jalonnées d'ellipses poétiques. Des clés de voûte dévoilées sur son remarquable premier album, Codification, condensé d'angélisme maléfique. Enfin, cerise dansante sur le gâteau de ce jeudi de Caprices, les Belges de 2 Many Dj's accoupleront standards du rock avec morceaux de R & B, électro, funk ou hip-hop.

Caprices Festival, Crans-Montana. Jusqu'au 6 mars. (Rens: http://www.capricesfestival.ch; loc. Fnac et 0900 325 325). En concert ce jeudi soir dès 20h: Red, Piers Faccini, Magma et Deep Purple, entre autres.

Nothin'To Celebrate de Red (Universal Jazz/Universal).