Pour titres, le nom des matériaux qui constituent les œuvres: papier coréen sur papier de verre, fibre de carbone, acier patiné, plomb marouflé sur bois (le plomb donne aux collages, peintures ou sculptures l’allure de tableaux noirs), bois laqué, couleur acrylique et plomb, mousse synthétique. Sculpteur d’abord, Carles Valverde pratique son art un peu à la manière d’un peintre, à moins qu’il ne pratique la peinture avec les moyens et dans l’esprit d’un sculpteur. A l’Espace Arlaud, où est exposé en grand, sur quatre étages, le travail récent du plasticien suisse d’origine catalane, l’harmonie est totale entre les différentes disciplines, dessin, sculpture, peinture, installation, projection. De même que des pièces monumentales, et qui semblent lourdes, sont en réalité en mousse et donc légères, de même on navigue sans heurts entre la deuxième et la troisième dimension.

Dimension ludique

Ce sont d’abord les formes, minimales, rectilignes, qui caractérisent cet univers. Tout est modulable, les rectangles qui s’assemblent de manière à former un tableau au cœur évidé, les pièces convexes disposées sur les parois, et qui contredisent ou du moins modifient l’espace conventionnel d’une salle et de la cage d’escaliers, les sculptures formées d’un tube coudé, dont les angles arrondis dénotent une certaine douceur, et qu’on observera sous toutes leurs faces. «Bâtisseur d’espace», comme le dit le film diffusé dans les salles, Carles Valverde reste absolument fidèle à son style, qu’on qualifiera d’austère. Mais en même temps, l’artiste s’amuse – car la dimension ludique est bien présente – à expérimenter les matières, les techniques, les formes. Ainsi, il propose des installations animées qui offrent un prolongement, dans l’espace et dans le temps, aux sculptures statiques.

On aimera, en petit, les collages et autres «dessins» qui pourtant ne recourent pas aux outils du dessin, rectangles très propres, petites boîtes à la façon de Joseph Cornell, mais sans le contenu anecdotique ou symbolique. Des objets d’une parfaite pureté, et silencieux.


«Carles Valverde: Matière à sculpture», Espace Arlaud, Lausanne, jusqu’au 30 octobre. Me-ve 12h-18h, sa-di 11h-17h. www.musees.vd.ch/espace-arlaud