C’est vidéo en main que cette Valaisanne, née de Kielbernatten en 1945, s’est engagée dans les luttes féministes, dans le Paris en ébullition de 1969. Loin de s’enfermer dans le débat féministe, elle a aussi donné la parole aux homosexuels ou aux ouvrières de l’usine d’horlogerie LIP. Carole Roussopoulos est décédée des suites d’un cancer, jeudi 22 octobre, dans son Valais qu’elle avait rejoint avec son mari depuis une douzaine d’années. Non pas pour une retraite, mais pour militer encore, aborder les sujets les plus tabous, du viol conjugal à la fin de vie. Le 9 octobre dernier, le Valais lui remettait un Prix culturel pour l’ensemble de son œuvre, riche de quelque 120 films.

Nous l’avions rencontrée l’an dernier dans le cadre de Visions du réel, à Nyon. Le festival lui rendait un hommage avec une rétrospective.