Rémi de Vos ne fait pas dans la dentelle. Lorsqu’une femme veut quitter son mari, l’affaire peut virer à la pâtée pour chien ou terminer en incendie. Et, côté éducation, l’enfant chéri est, sous sa plume, plutôt un tyran sans merci… Né en 1963, l’auteur français affectionne le verbe cru et la situation explosive. Ceci, pour le plus grand bonheur de Charlotte Chabbey et de Bastien Blanchard, deux jeunes comédiens genevois qui, aux Amis, à Carouge, pratiquent la séparation à répétition dans Trois Ruptures, pièce de 2014. Sous la direction de Nadim Ahmed, le duo exploite avec une belle énergie ce verbe extrême, carnivore et réjoui.

Lire aussi: Les States passés à la moulinette du rire

Bastien Blanchard. Avec Antoine Courvoisier, il est l'une de ces recrues de l’Ecole Serge Martin qui ébouriffent par leur talent. Musicien, amuseur, mais aussi danseur, le comédien à la vaste plasticité physique et mentale amène sa plus-value cartoon dans les productions qui l’emploient. L’été dernier, dans un round d’improvisation en plein air donné par la Parfumerie, on l’a vu en leader de charme à la tête de Benny Blanco and the Blankets. Et on l’a retrouvé en automne avec autant de joie dans le très beau Un discours! Un discours! Un discours!, d’Evelyne Castellino, où il composait le rôle improbable d’un enfant sage.

Visage de dessin animé

Ici, dans Trois Ruptures, il passe du cocu revanchard à l’amoureux de Steve le pompier, pour finir en père totalement déconfit, et c’est chaque fois un plaisir de voir son visage de dessin animé prendre les contours du personnage célébré. A ses côtés, sur la petite scène des Amis, Charlotte Chabbey est parfaite aussi. Plus classique, plus intérieure, mais très juste dans la variation de ses compositions. Dans la première séparation, elle a l’insolence vacharde de celle qui quitte. Elle excelle ensuite en bourgeoise soufflée par le vent de la modernité et, dans le champ de bataille domestique de la troisième situation, elle rappelle toutes les mères du monde terrassées par une réalité qui dépasse la fiction.

Le couple au tapis

A la mise en scène, Nadim Ahmed soigne les rythmes de jeu et la gamme des interactions. On sent qu’il exige une vraie précision, car après une semaine d’exercice, le spectacle est encore un peu timide et appliqué. Le duo, déjà percutant, peut encore gagner en puissance, en audace et en liberté. Le potentiel de délire est là. Avec la verve de Rémi de Vos, l’idée du couple ne s’en remettra pas.


Trois Ruptures, jusqu’au 26 janvier, Les Amis, Carouge-Genève