Comme le cinéma, comme l'opéra, la comédie musicale a ses chefs-d'œuvre incontournables. Carousel en est un. Concocté par le fameux duo Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II (auteurs d'Oklahoma, du Roi et moi, de La Mélodie du bonheur) et créé le 19 avril 1945, ce musical affichait alors une modernité indéniable.

C'est d'abord une question de contenu: inspiré du Liliom du romancier Ferenc Molnar, Carousel raconte l'histoire, entre cynisme et féerie, d'un forain bientôt chômeur, qui met enceinte une ouvrière avant de se donner la mort, puis revient de l'au-delà le temps d'accomplir un geste qu'il n'avait pas su faire de son vivant. C'est aussi une question de forme: non contente de multiplier les mélodies les plus enjôleuses, la pièce dilate ses pages musicales dans des dimensions encore inconnues à l'époque.

Pour sa première romande (!), cette œuvre phare de la comédie musicale est à l'affiche de la Geneva Amateur Operatic Society. L'association, créée en 1971 au sein de la communauté anglaise de Genève, monte trois fois l'an des productions avec des amateurs uniquement, de toutes nationalités. Elle puise toujours dans les répertoires de l'opérette ou du musical, plus faciles à aborder.

Pour Carousel, quelques musiciens professionnels prêteront main-forte à une cinquantaine de chanteurs et danseurs qui n'ont d'autre motivation que leur passion et leur enthousiasme. Pour le public, c'est l'occasion de découvrir des œuvres particulièrement marquantes et pourtant ignorées des scènes francophones. Les professionnels devraient en prendre de la graine.

Carousel, de Rodgers et Hammerstein, du 20 au 25 avril au Collège de Nyon, tél. 022/341 51 90-92.