Pour «Le Temps», tout l’été, Frédéric Pajak revisite quelques villes de sa vie. Villes du nord, villes du sud, chacune joue sa part, secrète ou manifeste, dans le parcours de l’écrivain-dessinateur

L’odeur de la baguette parisienne encore chaude me remonte au nez, du loin de mon enfance; odeur alléchante d’un temps où le blé n’était pas dénaturé, ni uniformisé. Sur le chemin, j’en grignotais la pointe avant de la poser sur la table, aux côtés d’une motte de beurre. C’était Paris. Nous habitions l’île Saint-Louis, quai Bourbon, puis dans le XIIearrondissement avenue du général Michel Bizot – j’appris que ce militaire fut tué par balle le 15 avril 1855 dans une tranchée anglaise mal protégée, durant le siège de Sébastopol.