C’est un livre beau comme une île grecque. Reconnaissances est une manière pour son auteure d’honorer des dettes. De remercier les autres. D’esquisser une carte de son territoire, en 25 chapitres brefs, profonds et émouvants. De revenir à l’enfance, puis de raconter la mort de la mère, la dernière visite rendue aux grands-parents avant un départ pour les Etats-Unis, d’évoquer les amants de passage, l’héritage compliqué que le père a laissé derrière lui… Mais aussi les îles grecques tant aimées, Egine bien sûr (dont la carte orne la couverture du livre) ou Syros, dans l’ultime chapitre, sublime et crépusculaire.