Le théâtre à une heure de grande écoute à la télévision française, c'est une unique soirée par an: celle des «Molières», qui récompensent depuis dix-huit ans les meilleurs spectacles de l'année. Ou plutôt c'était: car les Molières 2004 ne seront pas retransmis sur France 2 le 19 avril, comme il était prévu. Un désaccord entre l'Association professionnelle et artistique du théâtre (APAT) organisatrice de la soirée, et l'auteur Jean-Michel Ribes, qui devait la mettre en scène, s'est terminé le 3 avril par un clash.

«Une palinodie»

Les deux protagonistes se renvoient la balle et la responsabilité de l'échec. La soirée ne sera pas télévisée parce que Jean-Michel Ribes «a démissionné», jure la direction de l'APAT, que préside le comédien Jean Piat. «Non, répond l'accusé, la soirée ne sera pas télévisée parce que l'ensemble de la profession refuse de participer à une palinodie.»

Sollicité il y a quatre mois pour mettre en scène une soirée présentée par Michel Drucker, Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre du Rond-Point, souhaitait que le collège des votants soit élargi afin que le palmarès reflète mieux la diversité du théâtre, et que le théâtre public (subventionné) soit au moins aussi bien représenté que le théâtre privé dans le palmarès. «Ces promesses n'ont pas été tenues» et l'APAT subit «le désaveu de 95% de la profession», accuse aujourd'hui Jean-Michel Ribes, qui avait reçu trois Molières en 2002 pour «Théâtre sans animaux».

La soirée des Molières aura bien lieu, dans un théâtre parisien, le 19 avril. Mais en privé, sans télévision. France 2 a décidé de programmer à la place Madame de. Non pas le sublime film de Max Ophüls avec Danielle Darrieux. Mais un récent téléfilm avec Carole Bouquet. Maigre consolation.