Vendredi, Jour des Césars, Libération synthétisait les enjeux du rituel d’autocongratulation à travers un montage photographique opposant les figures de Roman Polanski, accusé de viol, et d’Adèle Haenel qui a témoigné des agressions sexuelles dont elle a été victime quand elle avait 12 ans sur un plateau de cinéma. Dans l’ère ouverte par #MeToo, le réalisateur polonais représente le temps révolu du droit de cuissage et la comédienne française l’âge nouveau de la femme affranchie. Le premier partait avec douze nominations pour J’accuse, la seconde avec dix nominations pour Portrait de la Jeune Fille en feu, de Céline Sciamma, deux des meilleurs films de 2019.

Lire aussi: «Portrait de la jeune fille en feu»: femme, ton nom est flamme