Les musées suisses organisent la Nuit des musées (de samedi à dimanche) et la Journée internationale des musées (dimanche). Cette année, la section suisse de l’ICOM – Conseil international des musées – a choisi un thème, «Montrer ce qui est important», qui a une résonance particulière aux MAH, seul établissement encyclopédique de Suisse. Leur directeur évoque cette diversité.

Le Temps: Les MAH conservent un patrimoine riche et varié, ils organisent aussi des expositions. Comment décident-ils «ce qui est important»?

J ean-Yves Marin: Les conservateurs de chaque collection n’ont par les mêmes préoccupations. Pour l’aspect historique, l’important est de constituer des séries: avoir un très bel objet byzantin est moins important que d’avoir une série du VIe au XIe siècle. Alors que dans les collections d’art, il est bien sûr important d’avoir des ensembles très complets d’artistes comme Vallotton ou Hodler qui sont les fondamentaux des MAH, mais aussi d’avoir deux Picasso ou d’autres chefs-d’œuvre. L’histoire et l’histoire de l’art ont des façons différentes d’envisager ce qu’il faut montrer.

– Comment cela se traduit-il dans la hiérarchisation des collections?

– Si vous demandez au conservateur du département des peintures quels sont les chefs-d’œuvre de la collection, il nommera dix ou quinze pièces sans trop d’hésitation. Si vous posez la même question à un conservateur de collection historique comme la numismatique, les tissus ou l’horlogerie, il pensera à deux ou trois cents objets. En cent ans, il y a eu six directeurs des Musées d’art et d’histoire, trois archéologues et trois historiens d’art, c’est significatif. Il faut accepter ces visions différentes, et il faut s’efforcer de réduire la distance qui les sépare sans pour autant réduire les œuvres d’art à l’état de document historique et social. C’est pourquoi toutes les expositions ne doivent pas être transversales.

– Ce week-end, comment répondez-vous à la question posée par l’ICOM?

– Pour la Nuit des musées, nous accueillons le Mapping Festival avec des projections sur les façades et sur les murs du bâtiment. La question «exposer ce qui est important» est surtout une préoccupation du monde de la muséologie et une manière de la communiquer au public. Ce qui est important c’est de faire redécouvrir à la ville ses propres collections et les conditions dans lesquelles elles ont été rassemblées.

Programme de la Nuit et de la Journée des musées en Suisse: www.museums.ch/fr/home/