DVD

C’est Shakespeare qu’on assassine

Champion du film catastrophe, Roland Emmerich se mêle de littérature dans «Anonymous». Catastrophique…

Genre: DVD
Qui ? Roland Emmerich (2011)
Titre: Anonymous
Chez qui ? Columbia Pictures

Ayant tout cassé dans ses films (Independance Day, 2012), Roland Emmerich se demanda ce qu’il restait à démolir. Pourquoi pas Shakespeare? L’absence de preuves autographes a inspiré aux amateurs de complots une hypothèse excitante: et si le Barde n’avait pas existé? Le cinéaste adopte ces fariboles et signe un luxuriant film en costumes pour démontrer que Edward of Vere, comte d’Oxford, serait l’auteur des 37 pièces. Anonymous retrace à travers un incompréhensible nœud de flash-back l’histoire de ce génie impliqué dans d’obscures machinations politiciennes…

Passons sur nombre d’âneries et d’anachronismes: on joue le Requiem de Mozart (1791) au mariage du comte d’Oxford (1571), Roméo et Juliette est qualifié de «tragédie romantique» deux siècles avant l’avènement du romantisme, la «Rose des Tudor», n’est pas une fleur bicolore poussant dans les jardins, mais un blason… Relevons la haine que ce spectacle véhicule à l’encontre de la littérature. Jamais le verbe n’est célébré. Shakespeare est ravalé au rang d’ivrogne fat, le théâtre n’est que l’expression de règlements de comptes politiques. Des extraits de pièces sont balancés comme des clips sans grâce. Anonymous a été sanctionné par un échec public retentissant. Vite, qu’on donne à Emmerich une planète à casser, qu’il ne se mêle plus de littérature.

Publicité