Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Avant Darius Rochebin, on regardait Massimo Lorenzi dans le poste à l’heure du TJ.
© RTS/Archives TSR

20 ans

C’était mieux avant…

Vingt petites années ont chamboulé notre mode de vie. En 1998, Facebook, les séries télé, les scanners des supermarchés, le concept de «millennials» restaient à inventer. Et pourtant, on se débrouillait tant bien que mal. Rétrospective

Cette année, Le Temps fête ses 20 ans. Né le 18 mars 1998, il est issu de la fusion du Journal de Genève et Gazette de Lausanne et du Nouveau quotidien. Nous saisissons l’occasion de cet anniversaire pour revenir sur ces 20 années, et imaginer quelques grandes pistes pour les 20 suivantes.

A ce sujet:

La dernière chose que vous faites avant de vous coucher? Vous consultez une ultime fois votre smartphone. Et la première, en vous réveillant, les yeux encore collés par la nuit? Vous consultez l’écran de votre smartphone. Il y a vingt ans, ce réflexe désormais conditionné, personne ne l’avait. Le mobile omniprésent restait à inventer. A l’époque, la téléphonie se gargarisait d’avoir tout juste développé le WAP, sorte de service en ligne que vous interrogiez laborieusement sur l’écran monochrome de votre Nokia 3610.

En deux décennies, les technologies et les changements de société ont totalement bouleversé nos vies. Alors, comment faisait-on il y a vingt ans sans Facebook, les voitures électriques, les compagnies low cost et les séries télé? On faisait sans, et ça marchait parfois très bien aussi. Petit coup d’œil amusé dans le rétroviseur.

Comment faisait-on sans Facebook?

Personne n’avait 1346 amis, dont les trois quarts, totalement inconnus, se tapent l’incruste sur votre wall. On entretenait gentiment son petit réseau perso en trouvant carrément épatant d’avoir au moins quatre personnes à inviter le samedi soir.

Comment faisait-on sans le crowdfunding?

On ne faisait pas.

Comment faisait-on sans les séries télé?

Jusqu’en 1997, le lundi soir, on regardait Spécial Cinéma, l’émission où Christian Defaye martyrisait Claudette et interviewait Johnny Hallyday en fumant comme un narguilé. Et après? On a attendu jusqu’en 2001 et les premiers épisodes de 24 heures chrono pour devenir complètement accro au feuilleton.

Comment faisait-on sans les smartphones?

La phrase: «T’es trop beau. Bouge pas, c’est pour ma story sur Insta» appartenait à la littérature de science-fiction.

Comment faisait-on sans les voitures électriques?

Disons qu’on arrive encore très bien à vivre sans. Mais sans doute plus pour très longtemps.

Comment faisait-on sans le scanner des supermarchés?

On gâchait notre jeunesse en faisant la queue au tapis roulant comme tout le monde. On pestait parce que le type juste devant remplissait un frigo de survivaliste. Et on se calmait en taillant une bavette avec la caissière.

Comment faisait-on sans les écrans plats?

On pouvait poser un vase, une horloge à quartz et un cadre photo sur sa télévision. Vingt ans plus tard, les salons sont quand même devenus moins kitch.

Comment faisait-on sans Google?

On farfouillait le Web avec Altavista, en tombant sur la bonne info une fois sur quinze.

Comment faisait-on sans les émojis?

;-)

Comment faisait-on sans les compagnies low cost?

On ne disait pas: «Et si on partait faire les soldes à Londres le week-end prochain?» Du coup, on ignorait que même Newcastle avait un aéroport.

Comment faisait-on sans les Pokémon?

Les enfants faisaient courir Mario sur l’écran de leur toute nouvelle Game Boy Color. Et personne ne croyait que les hamsters s’attrapaient en les bombardant avec des boules magiques.

Comment faisait-on sans Tinder?

On publiait son annonce dans la rubrique «Cœur à prendre» des journaux en attendant fébrilement une réponse de l’être à aimer. On recevait des réponses de garçon gentil, de femme coquette et de frimeur persuadé que «toi, moi, toi et moi ça va matcher». Vingt ans plus tard, seule la technologie a changé.

Comment faisait-on sans Darius Rochebin?

On regardait Massimo Lorenzi dans le fond des yeux en lui transmettant par télépathie des messages sans équivoque.

Comment faisait-on sans les SUV?

On collait le sticker «J’ai aussi un chalet à Verbier» sur le pare-chocs de sa Fiat Panda.

Comment faisait-on sans les «millennials»?

Ils existaient déjà, sauf qu’on les appelait bons à rien et qu'ils ne dictaient pas la marche du monde.

Comment faisait-on sans les nouveaux humoristes suisses?

Il y a vingt ans, Thomas Wiesel, Marina Rollman, Nathanaël Rochat, Vincent Kucholl et Vincent Veillon tripotaient encore leur Tamagotchi. Dans l’intervalle on attendait le deuxième spectacle de Marie-Thérèse Porchet en regardant Zouc écraser la p’tite fourmi en cassette VHS.

Comment faisait-on sans le véganisme?

On s’envoyait 56 kilos de viande par an sans trop se demander comment elle avait été élevée. Et on regardait nos amis les bêtes en hésitant sur la sauce avec laquelle on allait les manger.

Comment faisait-on sans les drones?

On n’avait pas la moitié de l’idée qu’un jour un objet à hélices nous livrerait nos commandes Amazon à domicile. Et Yann Arthus-Bertrand avait le monopole de la Terre vue du ciel.

Comment faisait-on sans le GPS?

On achetait des cartes Kümmerly + Frey et les trajets prenaient une heure de plus, vu qu’on se plantait de route tout le temps. A force de tours et détours, on tombait sur des coins bucoliques époustouflants qu’on n'aurait jamais découverts autrement.

Comment faisait-on sans le réchauffement climatique?

En hiver, on faisait du patin à glace sur le lac Léman. L’été, les voitures n’avaient pas la clim, les crèmes solaires ne dépassaient pas l’indice 15 et Nicolas Hulot était ministre de rien.

Comment faisait-on sans les photos numériques?

Les films contenaient 36 poses qu’on collait ensuite religieusement dans des albums qui croupissent désormais quelque part au fond de la cave.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a