séries

Cette fois, «Vernon Subutex» est une série

Canal + dévoile ce lundi l’adaptation des romans de Virginie Despentes, qui les avait elle-même conçus comme une série. Les propos de la scénariste, et notre critique de cette relecture, sympathique mais un peu assagie

Ces jours a lieu Canneseries, le festival des séries TV qui précède de deux semaines celui du cinéma. Nos échos de cet événement, depuis la Croisette.

Lire aussi

Le festival Canneseries a débuté avec son apogée sur le plan national. Lors de l’ouverture, vendredi, Vernon Subutex, série du sponsor Canal+ d’après la saga à succès de Virginie Despentes (chez Grasset), a reçu un accueil chaleureux du public du festival. Et par la suite, l’équipe a pu justifier certains choix.

Ceux qui ont lu la trilogie romanesque de Virginie Despentes se souviennent sans doute de sa construction très semblable à celle d’une série. Vernon Subutex compte trois tomes – trois saisons – et une myriade de chapitres, d’épisodes qui forment autant de portraits de personnages ou de récits. Virginie Despentes elle-même le soulignait en entretien: «Vernon Subutex est construit comme les épisodes d’une série contemporaine.»