le temps des séries TV

Chamailleries de chaînes

C’est la petite cuisine des chaînes de TV, celle dont les téléspectateurs n’ont pas toujours conscience. Mais à l’heure où les modes de consommation des séries, entre autres produits culturels, sont en train de changer, ces frictions se révèlent piquantes. Cette semaine, jeudi soir, M6 a entamé la diffusion d’Intelligence, série de science-fiction dans laquelle Josh Holloway, naguère le vilain de Lost, incarne un espion qui a un ordinateur implanté dans le cerveau – un gadget pratique mais compliqué, dirait-on. Cette diffusion sera courte, puisque la chaîne a mitraillé cinq épisodes à la suite, sur un total de 13. La série n’a en outre pas été renouvelée.

Or Intelligence a été annoncée par la RTS pour le 5 février. Le service public romand ne l’a finalement pas lancée. En raison du choix de la concurrente privée française de montrer ce feuilleton manu militari. A la RTS, on indique qu’Intelligence «a été déprogrammée car cela n’avait pas de sens de diffuser la série à raison de deux épisodes par semaine alors que M6 allait la liquider en trois soirées. Elle sera diffusée ultérieurement sur la RTS.»

Frustration et chamailleries de chaînes. Il y a dans tout cela peut-être davantage de tactique que d’intelligence, mais la querelle illustre les positions parfois désorientées des grands diffuseurs classiques. En premier lieu, M6 donne l’impression de vouloir régler le cas de cette fiction à laquelle elle ne croit, finalement, pas. Ouvrir le robinet à épisodes de 20h55 à 1h05, avec de nombreuses enfilades publicitaires, est la meilleure manière de tuer le programme. Et comme la série vise un public dont on peut supposer qu’il use d’Internet sans compter, il n’est pas impossible que les stratèges de M6 aient choisi de laisser tomber, aient renoncé à tout combat. A l’inverse, puisque le visionnement compulsif ou binge viewing est à la mode, on peut considérer que la chaîne française est tout à fait dans l’air du temps. Quoique, le jeudi soir, il faut admettre une certaine audace dans le choix de la case…

Et puis, il y a les diffuseurs classiques et placides, qui conservent les bonnes vieilles recettes. France 2 fait ainsi avec l’intéressante, quoiqu’inégale, Chefs, lancée cette semaine. Un plat servi à deux épisodes par semaine, comme dans le temps. Ça rassure.