Petite Juliette est devenue grande et c'est une femme déterminée que nous révèle ce troisième et musculeux volet de Terminator. La pétulante Claire Danes, révélée adolescente par Roméo + Juliette de Baz Luhrmann avec Leonardo DiCaprio, en aurait-elle terminé avec les rôles de fille qu'on lui a connus jusqu'alors? Aujourd'hui, son interprétation de promise de John Connor (Nick Stahl), programmée pour enfanter la future génération de résistants, recèle une maturité surprenante. Loin de jouer le repos du guerrier, sa belle assurance l'impose au détriment du pauvre Stahl qui fait, pour l'occasion, mine d'adolescent timoré, doublement dépossédé par sa blonde et par le paternalisme du Schwarzie-T101.

Née en 1979 dans une famille new-yorkaise férue d'art et essai, la petite s'engage très tôt. Elle suit, dès l'âge de 9 ans, des cours d'art dramatique qui la hissent jusqu'à Broadway. Mais c'est la télévision qui la révèle. L'actrice Wynona Rider, qui la remarque dans une série inédite ici, l'impose dans Little Women (1994), un film mineur qui offre cependant à la Miss son précieux viatique pour Hollywood.

Malgré ses allures de teenager texane, Claire Danes s'est vite démarquée par la finesse de son jeu et des fréquentations cinématographiques très côte Est. Engagée par Jodie Foster dans Home for the Hollidays (1995), laquelle vient d'ailleurs de réitérer son invite pour un film à sortir, Claire Danes tourne pour Coppola, Oliver Stone et côtoie au générique des noms fameux tels ceux de Jude Lawe, Meryl Streep et Nicole Kidman dans le récent The Hours. Un crédit infiniment plus valable qu'une filmographie, au demeurant fort consensuelle.