Classique

Charles Dutoit et Martha Argerich ovationnés à Montreux

Le chef vaudois, qui ne s’était plus produit en Suisse romande depuis que pèsent sur lui des accusations de harcèlement psychologique et sexuel, a envoûté le public, aux côtés de Martha Argerich, en clôture du Septembre musical

Programmer Charles Dutoit, c’était prendre un risque, naturellement. Mais dimanche soir, le public est venu nombreux à l’Auditorium Stravinski de Montreux. Le chef vaudois ne s’était plus produit sur une scène romande depuis que pèsent sur lui des accusations de harcèlement psychologique et sexuel.

De nombreux orchestres – dont le Royal Philharmonic de Londres – ont rompu toute collaboration avec lui. Mais Tobias Richter a choisi de lui donner le bénéfice du doute. Et il l’a invité pour le concert de clôture du Septembre musical 2018, qui marquait sa dernière édition en tant que directeur artistique.

Lire aussi: Mischa Damev: «Le Septembre musical sera une fenêtre ouverte sur le monde: chaque année un pays sera à l’honneur»

Charles Dutoit a été l’un des hôtes réguliers du festival pendant près de dix ans. Dimanche, le Lausannois a pris la parole pour rendre hommage à Tobias Richter. On sentait l’émotion dans sa voix et dans son interprétation si habitée, aux tempi fluctuants, de la sublime Valse triste de Sibelius.

Art des nuances

Le contraste était absolu avec Jeu de cartes, en début de soirée. Dutoit a toujours été dans son élément avec Stravinski. Ce ballet néoclassique nécessite une coordination synchronisée des membres de l’orchestre. L’European Philharmonic of Switzerland – regroupant de jeunes musiciens –­ est de haute qualité. Les bois, les cuivres et les cordes font entendre les jeux de rythmes. L’ironie sous-jacente, le burlesque contenu derrière cette marqueterie néoclassique – on relève une citation de l’ouverture du Barbier de Séville, de Rossini – émergent dans une interprétation vive et animée.

Lire aussi: Martha la joueuse

Vient alors Martha Argerich dans le Premier Concerto de Liszt. Dès les premiers accords, c’est une furie au piano. Elle cultive ce style «quasi improvisando» qui donne l’impression que tout se crée dans l’instant. Trilles cristallins, douceur immatérielle: quel art des nuances! Bien sûr, elle presse parfois un peu le mouvement, mais elle se met sans cesse à l’écoute des musiciens autour d’elle. On savoure aussi les cascades d’octaves, les accords dégainés avec une sûreté ahurissante. Dutoit sait combien il faut être mobile avec la grande Martha. Le triangle scintille dans l’Allegretto vivace et les cuivres résonnent avec fierté sans couvrir la soliste.

Courbe dramatique

Fortement applaudie, Martha Argerich commence alors sa valse-hésitation pour savoir si elle va donner un bis ou non. Charles Dutoit, qui lui fait signe d’aller au piano, parvient à la convaincre. Et elle enchaîne trois bis: Widmung, de Schumann/Liszt (splendeur des sonorités), la Sonate en ré mineur K. 141 de Scarlatti (virtuosissime) et la première pièce des Scènes d’enfants de Schumann.

En seconde partie, Charles Dutoit s’attaque à la Symphonie no 3 avec orgue de Saint-Saëns, un de ses chevaux de bataille. Il parvient à imprimer une puissante courbe dramatique à l’œuvre sans verser dans le pathos. Les cordes ont une belle consistance, les timbres ayant une couleur «à la française». Quant au mouvement lent, il paraît comme suspendu dans un lyrisme laiteux, serein et triste. Surprise: Martha Argerich tient la partie de piano au sein de l’orchestre. A la fin du concert, le public a ovationné tout à la fois le chef vaudois, la pianiste argentine et Tobias Richter.


Charles Dutoit sera chef d’orchestre invité pour l’Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg

L’Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg a annoncé la nomination de Charles Dutoit en tant que «principal chef d'orchestre invité» pour la saison 2018-2019.

Né à Lausanne en 1936, fils spirituel d’Ernest Ansermet, qui lui permit d’assister aux répétitions de l’Orchestre de la Suisse romande, Charles Dutoit a mené une carrière impressionnante. Il a notamment été pendant vingt-cinq ans directeur artistique de l’Orchestre symphonique de Montréal, tout en occupant des postes à l’Orchestre National de France (1991-2001) et à l’Orchestre symphonique de la NHK de Tokyo.

Lire l'interview: Au Verbier Festival, les mille vies du chef Charles Dutoit

Les premiers concerts de l'orchestre en collaboration avec Charles Dutoit auront lieu les 29 et 30 mai 2019.


Plus d'informations sur le site de l'Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg.

Publicité