Pour se trouver un nouveau directeur après Andrew Holland, démissionnaire, les responsables de Pro Helvetia ont choisi un homme rôdé à la gestion culturelle. Actuellement chef des Affaires culturelles du canton de Bâle-Ville, Philippe Bischof dirigera la Fondation suisse pour la culture dès le 1er novembre. Au moment de l’annonce, le président de l’institution, le Genevois Charles Beer, a loué un «visionnaire, excellent médiateur et parfaitement à l’aise dans le management d’une organisation complexe». Pro Helvetia soutient les activités culturelles en Suisse et surtout à l’étranger, au titre de la promotion culturelle nationale. Elle dispose d’un budget annuel de 40 millions de francs et emploie 69 personnes, dont 25 dans les antennes à l’extérieur.

A ce sujet: Pro Helvetia ouvre un bureau de liaison à Moscou

Du théâtre à la gestion culturelle

Le management: c’est le mot-clé. Pour les profils de ses directeurs, Pro Helvetia alterne entre les trublions venus des différents creusets culturels du pays et les gestionnaires. Avant Andrew Holland, Pius Knüsel, issu de la scène jazz de Zurich, n’avait pas hésité à donner quelques coups pieds dans la fourmilière de la politique culturelle nationale. Cette subtile construction fédéraliste se trouve répartie entre les villes, les premières sur le front, les cantons et la Confédération, dont le rôle est à la fois leader et subsidiaire. Un constant jeu de funambule. Plus discret, Andrew Holland, patron pendant quatre ans, avait invoqué la lourdeur de la charge au moment de rendre son tablier.

Lire aussi: Andrew Holland quitte la direction de Pro Helvetia

Philippe Bischof a commencé comme assistant-metteur en scène au au Theater Basel, est passé par le Theater Göttigen, tout en optant pour la gestion aussi: il a décroché un Master of advanced studies en management culturel de l’Université de Bâle. Il a ensuite dirigé le centre culturel Südpol de Lucerne, avant de prendre les Affaires culturelles de son canton.

D'abord, le Centre culturel suisse de Paris

L’un des défis les plus imminents de Pro Helvetia concerne le Centre cultuel de Paris, dont le nouveau responsable doit être bientôt nommé. L’échéance indiquée, en juin, précède l’entrée en fonction de Philippe Bischof. La RTS a récemment indiqué que les postulations étaient peu nombreuses.

Le poste de directeur de Pro Helvetia, lui, a motivé de nombreuses volontés: la Fondation annonce avoir reçu 104 candidatures. Outre l’animation des antennes et les projets thématiques – par exemple le nouveau soutien au jeu vidéo –, le directeur devra plancher, avec l’Office fédéral de la culture (OFC), sur le prochaine programme («message», dans le jargon fédéral) pour la culture. Le cadre actuel, qui a ajouté des cordes à l’arc de l’OFC dont le soutien aux maisons d’édition ou l’encouragement à l’investissement dans les tournages en Suisse, court jusqu’en 2020. Les mois à venir vont être marqués par les discussions entre les diverses instances.


Les récentes analyses du nouveau responsable de la culture à Genève: Pierre-Alain Hug, une forte tête pour la culture genevoise