Littérature

«Cher Wikipedia», une lettre ouverte de Philip Roth

Philip Roth s’insurge dans le «New Yorker», l’encyclopédie en ligne corrige le tir

Le 7 septembre, le «New Yorker» publiait une lettre ouverte de Philip Roth. Elle commençait par ces mots «Cher Wikipedia» et s’adressait, en désespoir de cause, à l’encyclopédie en ligne exposant les mésaventures de l’écrivain. Lisant l’entrée Wikipedia portant sur son roman «La Tache» («The Human Stain»), il constate qu’un parallèle insistant est fait entre son personnage central – le professeur Coleman Silk – et un homme de plume dénommé Anatole Broyard. Wikipedia soutient que Roth s’est inspiré de Broyard pour créer Coleman Silk, personnage de Noir à la peau blanche qui se fait passer pour Blanc et qui, dans le roman, se retrouve accusé de racisme…

«Complètement faux!» s’insurge Roth, qui écrit personnellement à Wikipedia pour corriger cette référence. Il reçoit en retour une lettre de l’éditeur britannique de Wikipedia: «Je comprends votre point de vue, en tant qu’auteur, vous pensez être le mieux placé pour qualifier votre travail», lui écrit-on, «mais nous avons besoin de sources secondaires». D’où cette lettre au «New Yorker», où Philip Roth raconte en détail – et c’est passionnant! – ce qui l’a influencé et ce qui ne l’a pas influencé en écrivant «La Tache».

On y apprend que les déboires de Coleman Silk – persécuté pour racisme après avoir traité de «fantômes» deux étudiants qu’il n’a jamais vus et qui s’avèrent être Noirs – sont bien survenus à un professeur de ses amis, lequel était pourtant notoirement connu pour ses combats en faveur des droits civiques. En revanche, l’idée d’un Noir se faisant passer pour Blanc – c’est là où Wikipedia voyait le lien avec l’homme de lettres, Blanc d’origine africaine – ne doit rien à Broyard. S’il a bien croisé cet aimable personnage, confesse Roth, il ne s’est jamais intéressé à la couleur de sa peau. «Je ne sais rien […] d’Anatole Broyard, dit-il, mais je sais absolument tout de Coleman Silk puisque je l’ai inventé de A à Z.» Et de rappeler qu’«écrire un roman c’est, pour un écrivain, jouer à «supposons que…»

Aux dernières nouvelles, Wikipedia a bien reçu le message: l’entrée en anglais sur «The «Humans Stain» raconte désormais cette histoire et met, en référence, la lettre du «New Yorker».

Publicité