série

«Chernobyl», le nuage radioactif

La mini-série qui raconte le drame nucléaire d’avril 1986 vient de recevoir la meilleure notation en ligne, et défraie la chronique. Au fond, elle ne pouvait mieux tomber

Ces jours, des amateurs de séries peuvent être frustrés. La série la plus cotée du monde, et de tous les temps, n’est visible que sur OCS via Canal+ ou Teleclub, en allant chez Sky, ou en empruntant de gris chemins du web. La RTS dit n’avoir pris «aucune décision» à son sujet, ce qui est malin s'agissant de la série du moment.

Car Chernobyl fait sensation depuis qu’elle a battu le record de notes dans la base de données IMDb. Le site, propriété d’Amazon, se targue de quelque 167 000 votes. Jusqu’ici, la série la mieux évaluée était Breaking Bad, suivie par Game of Thrones – malgré les rugissements des fans à la fin. Chernobyl les écrase, frisant même le 10 pour son final – c’est une autre ambiance qu’à Westeros.

A propos de la série:«Chernobyl», face à la catastrophe  

Une narration glaçante et réaliste

Nous avions pu voir les deux premiers épisodes, sur cinq, grâce à Teleclub, et le concert de louanges paraît justifié. Chernobyl dépeint d’une manière glaçante les circonstances du drame de 1986 et les jours qui suivent, les lenteurs du système, les volontés de couvrir l’accident ou de se protéger dans la hiérarchie.

Bien sûr, il est injuste, voire biaisé, de juger des feuilletons à cinq voire huit saisons par rapport à une mini-série de cinq chapitres. Mais le triomphe de Chernobyl se mesure aussi par les commentaires qu’elle ne cesse de susciter, alors que sa diffusion s’est achevée le 3 juin sur HBO et Sky. Par les polémiques, aussi: des correspondants en Russie racontent qu’ulcérés par cette vision américaine des défaillances nucléaires soviétiques, des producteurs envisageraient de lancer une contre-série basée sur la rumeur selon laquelle l’accident d’avril 1986 aurait été fomenté par la CIA. Le débat se révèle complexe, d’autres appréciant le fait que Mikhaïl Gorbatchev est dépeint de manière plutôt sombre dans la fiction créée par Craig Mazin.

Retrouveztous nos articles sur les séries.

Vilnius: «Venez tourner chez nous!»

Tout est utilisable dans le succès du feuilleton, qui provoque un nouveau tourisme un peu malsain en Ukraine, à l’approche du site. En parallèle, les journalistes qui l’ont traité reçoivent ces temps une publicité des autorités de Vilnius, où a été tournée une partie du spectacle. Elles vantent leur «accueil les bras ouverts» pour les tournages, l’industrie audiovisuelle locale et leur rabais fiscal «qui peut atteindre 30%».

En ces temps de débats croissants sur l’environnement et les multiples atteintes portées à la planète, Chernobyl apparaît comme l’effroyable reflet de ce que l’homme inflige, et s’inflige. Outre ses qualités propres, elle ne pouvait mieux tomber.

Publicité