En juillet dernier, Fred again.. (un nom d’artiste flanqué de deux points) promenait son minois au Montreux Jazz Festival, saisissant son monde en apparaissant en slip derrière ses machines. C’est que dehors la chaleur cognait. Précédé par une réputation de hitmaker pop surdoué, ce protégé de Brian Eno présentait là les deux premiers volets du projet Actual Life. On accrochait. Moins pour l’excellence de son répertoire – un ensemble rafraîchissant fait de balades ambient, de bolides house-disco ou de Garage pétaradant – que pour sa façon d’incorporer dans ses chansons des données recueillies partout: sons capturés directement sur les réseaux, fragments volés de conversation ou de confidence, message audio WhatsApp ou notes vocales tirées d’un dictaphone. Son troisième album vient de paraître. Fred continue d’y documenter la vie des autres plutôt que la sienne.