é Un lourd secret, de l’URSS à Barcelone

Les sombres destinées de Víctor del Arbol

Qui ? Víctor del Arbol
Titre: Toutes les vagues de l’océan
Trad. de l’espagnol par Claude Bleton
Chez qui ? Actes Sud, 608 p.

Víctor del Arbol a un talent rare pour la construction, et le dévoilement, de ses personnages. Déjà observée dans La Tristesse du samouraï, qui l’a imposée en terres francophones, puis avec le beau et sombre La Maison des chagrins, cette singularité de l’écrivain espagnol apparaît de manière plus forte encore dans Toutes les vagues de l’océan. Chaque figure de cette fresque est détaillée à l’extrême, sans que les couches de ces personnalités ne s’empilent à outrance. L’auteur brille dans sa manière de distiller des bribes d’existence, des fragments de souvenir significatifs ou encore vifs, et de dévoiler ainsi ses protagonistes sur la durée. Sans ennui, pour autant, car il sait entremêler ses intrigues, et, là aussi, Toutes les vagues… a cette richesse.

Le roman est axé sur Gonzalo Gil, petit avocat de Barcelone, qui, au début, vit dans l’ombre de son puissant beau-père. Et qui apprend la mort, apparemment par suicide, de sa sœur, avec laquelle il avait coupé les ponts il y a plusieurs années. Cependant, un homme le relie à elle, d’autant qu’il trouve son ordinateur portable. Devenue policière, elle enquêtait en marge de la mort de son propre fils. Et cette investigation, qui va comporter la traque d’éléments de traite des femmes par des mafieux russes, risque de rattraper Gonzalo.

En parallèle, le lecteur suit la douloureuse histoire d’Elias, le père de Gonzalo. Parti, en 1933, alors jeune ingénieur socialiste plein d’ambitions, rejoindre l’URSS et bâtir la société nouvelle. Puis qui a eu des doutes. Et qui s’est retrouvé envoyé en Sibérie, dans un camp sur l’île de Nazino, envers absolu – ou illustration – du rêve révolutionnaire. Il touchera le fond, puis, en fuyant, entamera un lourd périple en Europe. Acquérant une stature qui pèsera sur ses enfants. Víctor del Arbol noue ainsi les espoirs et les douleurs vécus par le passé, qui traversent soudain le présent.