A la fin des années 1960, Chick Corea suit Miles Davis sur la scène où il s’apprête à l’accompagner. Il y a un grand piano qui l’attend dans le fond. Mais Miles pointe du doigt un clavier électrique, une petite chose grise que l’on range dans une valise, un outil à lamelles métalliques de la marque Fender Rhodes, et il grogne vers Chick: «Joue ça!» Chick Corea est atterré, il aimerait avoir la force de dire non, il aimerait foutre un coup dans ce joujou. Mais on ne refuse pas un ordre que Miles intime.

Lire aussi: Chick Corea Trio, «Trilogy»