Grande interview

«La Chine a fait de moi un Européen»

Le sinologue genevois Jean François Billeter publie un livre magistral sur la guerre entre deux traditions politiques, la chinoise et l’européenne, dont l’issue déterminera notre avenir.

«Petit livre» après «petit livre», comme il nomme ses essais, Jean François Billeter construit une œuvre monumentale. Sinologue de réputation internationale, notamment pour ses travaux sur Chouang-tseu, le Genevois d’adoption explore l’esprit humain en empruntant des sentiers qui ne cessent de surprendre. Ses «petits livres» – entre 100 et 200 pages – sont autant de perles forgées par l’économie du langage, la précision du vocabulaire, la clarté des idées et le respect du lecteur. Ils forment une vaste exploration des ressorts du savoir et de l’action. Ils livrent surtout du sens dans un monde de plus en plus confus. Dans sa dernière livraison, Pourquoi l’Europe – Réflexions d’un sinologue, Jean François Billeter cite un ami chinois: «Si l’Europe échoue, nous sommes perdus.» Cela pourrait être un résumé de son propos. C’est aussi ce qui justifie son combat. Car il s’agit bien d’un livre de combat livré au cœur d’une guerre des idées qui se déroule ici, et aujourd’hui.

Le Temps: Les Européens savent qu’ils vivent sous la menace du dérèglement climatique, du terrorisme, des extrêmes droites. Ils doivent prendre conscience, d’après vous, qu’ils vivent aussi sous celle que fait peser sur eux le régime chinois. Que voulez-vous dire?