Festival

La Chine séduit une nouvelle fois Locarno

Un an après «She, a Chinese», c’est à nouveau un film chinois, mais infiniment supérieur, qui remporte le Léopard d’or: «Winter Vacations», de Li Hongqi. Palmarès complet et premier commentaire avant nos analyses à paraître dans notre édition du lundi 16 août

Le jury international composé des cinéastes Eric Khoo, Lionel Baier, Joshua Safdie, ainsi que des comédiens Golshifteh Farahani et Melvil Poupaud n’aurait pas pu mieux faire remarquer en quoi Locarno a changé avec le passage de relais de la direction artistique entre Frédéric Maire et Olivier Père: après avoir couronné en 2009 un film chinois, «She, a Chinese», qui était une caricature de cinéma d’auteur moyen (le portrait, en chapitres compassés, d’une fille dans les tourments du monde), le Léopard d’or revient à nouveau à un film chinois, «Winter Vacation», qui a ceci du cinéma d’auteur qu’il en détourne les tics (plans interminables, personnages qui s’ennuient, etc.) pour les réinventer en joyeuse comédie sur une bande de copains qui tuent le temps et les derniers jours de leurs vacances dans un petit village où il ne se passe strictement rien. Et magie du cinéma, voilà qu’un film chinois se met à dialoguer sans le vouloir avec un humour que l’on croyait typiquement scandinave.

Egalement bardé du prix de la critique internationale et du prix du jury oecuménique, «Winter Vacation» démontre, malgré la censure et les contraintes, une belle santé du cinéma chinois. Santé qui éclate en quasi doublé puisque, par-delà le goût prononcé (et justifié) du jury pour ce type d’humour à froid («Winter Vacation» possède aussi des résonnances avec le Roumain «Morgen» et le Québécois «Curling»), les autres jurys plébiscitent l’extraordinaire documentaire de Xu Xin, Karamay, décryptage en 356 minutes d’un drame qui a la même portée pour la Chine que celui du Titanic pour le monde occidental. Après n’en avoir visionné qu’une heure dans un premier temps et pour des raisons évidentes d’emploi du temps, l’intégralité découverte ce samedi en attendant le palmarès n’est pas prête de disparaître des souvenirs inoubliable, inhabituellement nombreux, dont Locarno nous a gratifiés cette année.

LE PALMARES

Compétition internationale

HAN JIA (Winter Vacation) de LI Hongqi (Chine): Léopard d’or; Prix de la critique internationale (Prix FIPRESCI); mention spéciale du Prix du jury oecuménique.

MORGEN de Marian Crisan (France, Roumanie, Hongrie): Prix spécial du jury (deuxième meilleur film de la compétition); Troisième Prix du jury des jeunes; Prix du jury oecuménique; Prix Don Quijote (Fédération Internationale des Ciné-clubs).

CURLING de Denis Côté (Canada): Prix de la mise en scène; Léopard pour la meilleure interprétation masculine décerné à l’acteur Emmanuel Bilodeau.

BELI BELI SVET (White White World) de Oleg Novkovic (Serbie, Allemagne, Suède): Léopard pour la meilleure interprétation féminine décerné à l’actrice Jasna Duricic; Prix Art & Essai CICAE.

KARAMAY de XU Xin (Chine): Premier Prix du jury des jeunes; mention spéciale du jury FIPRESCI

(Fédération Internationale de la Presse Cinématographique); mention spéciale du jury oecuménique; mention spéciale de la Fédération Internationale des ciné-clubs.

PIETRO de Daniele Gaglianone (Italie): Deuxième Prix du jury des jeunes.

WOMBde Benedek Fliegauf, Allemagne/Hongrie/France: Prix «L’environnement, c’est la qualité de la vie» du jury des jeunes.

Piazza Grande

THE HUMAN RESOURCES MANAGER d’Eran Riklis (Israël, Allemagne, France): Prix du public.

RARE EXPORTS: A CHRISTMAS TALE de Jalmari Helander (Finlande, Norvège, France, Suède): Variety Piazza Grande Award.

Cinéastes présents

PARABOLES d’Emmanuelle Demoris (France): Léopard d’or Cinéastes du présent.

FOREIGN PARTS de Verena Paravel et JP Sniadecki (États-Unis, France): Prix spécial du jury CINÉ CINÉMA Cinéastes du présent; Léopard de la première oeuvre toutes sections confondues.

IVORY TOWER d’Adam Traynor (Canada, France): mention spéciale Cinéastes du présent.

AARDVARK de Kitao Sakurai (États-Unis, Argentina): mention spéciale du jury de la meilleure première oeuvre.

Léopards de demain (courts métrages)

A HISTORY OF MUTUAL RESPECT de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt (Portugal): Pardino d’oro pour le meilleur court métrage international.

POUR TOI JE FERAI BATAILLE de Rachel Lang (Belgique): Pardino d’argento pour le meilleur court métrage international.

DIARCHIA de Ferdinando Cito Filomarino (Italie): Prix Pianifica attribué au meilleur court métrage européen.

HÖSTMANNEN (Autumn Man) de Jonas Selberg Augustsén (Suède): Prix Film und Video Untertitelung.

KWA HERI MANDIMA (Good Bye Mandima) de Robert-Jan Lacombe (Suisse): Pardino d’oro pour le meilleur court métrage suisse.

YURI LENNON’S LANDING ON ALPHA 46 de Anthony Vouardoux (Suisse, Allemagne): Pardino d’argento pour le meilleur court métrage suisse; Prix du jury des jeunes pour le meilleur court métrage suisse.

ANGELA de David Maye (Suisse): Prix Action Light pour le meilleur espoir suisse.

KHOUYA (Frère) de Yanis Koussim, Algerie/France: Prix du jury des jeunes pour le meilleur court métrage international.

¿TE VAS? (Are You Leaving?) de Cristina Molino (Espagne): mention spéciale du jury des jeunes parmi les courts métrages internationaux.

DÜRÄ..! (Wacked..!) de Rolf Lang et Quinn Evan Reimann (Suisse): mention spéciale du jury des jeunes parmi les courts métrages suisses.

Semaine de la critique

REINDEER SPOTTING – ESCAPE FROM SANTALAND de Joonas Neuvonen (Finlande): Prix SRG SSR idée suisse/Semaine de la critique.

BLOOD CALLS YOU de Linda Thorgren (Suède): mention spéciale.

THE FURIOUS FORCE OF RHYMES de Joshua Litle (France, États-Unis): mention spéciale.

Publicité