Parce qu’il n’y a que l’humain qui compte et parce que la réalité des tourments des hommes et desfemmes ne change pas au fil des siècles»