Entre l'Orchestre de chambre de Lausanne et Christian Zacharias, l'idylle dure depuis deux ans. Elle a de quoi se prolonger. Initialement conclu pour la période 2000-2004, le contrat qui lie l'ensemble au pianiste et chef allemand a d'ores et déjà été renouvelé jusqu'en 2006, avec possibilité de prolongation. Pour Christian Zacharias cette suite heureuse coule de source. C'est aussi l'avis du Conseil de fondation, des instances politiques et des musiciens de l'orchestre, qui affichent un enthousiasme unanime.

Directeur artistique et chef titulaire, Zacharias semble avoir trouvé à l'OCL la connivence et les qualités musicales nécessaires pour une impressionnante série de projets. Depuis l'arrivée du nouveau chef, l'orchestre a été largement sollicité à travers l'Europe. Invité pour la deuxième fois cet été à La Roque-d'Anthéron et au Festival de San Sebastián, l'ensemble poursuit des tournées chaque année plus chargées, au point de devoir refuser certaines invitations. L'OCL est attendu cet automne à Madrid et Bilbao, puis au Théâtre des Champs-Elysées de Paris. A plus long terme, un projet de tournée au Japon, un engagement pour les Proms londoniennes en 2004, et une série de concerts à Francfort en 2006, pour l'année Mozart. C'est sans compter les tournées suisses, qui conduisent l'orchestre à Zurich et dans les principales villes romandes pour des concerts décentralisés.

Sur les ondes

L'OCL s'installe aussi confortablement sur les ondes. Sa collaboration avec la RSR-Espace 2 – et à travers elle avec l'Union européenne de radiodiffusion (UER) – permet l'enregistrement de 12 concerts par saison, dont les demandes de rediffusion sur les ondes nationales européennes, japonaises et américaines ont été multipliées par trois en deux ans.

Autre volet de cette collaboration fructueuse avec la RSR, une nouvelle série de concerts et d'enregistrements. Le projet s'avère passionnant, puisqu'il ambitionne d'explorer l'immense catalogue des œuvres commandées par Paul Sacher aux compositeurs du XXe siècle, en confiant la direction à des chefs suisses. Première pierre de l'édifice, le concert du 6 septembre prochain, qui verra Armin Jordan diriger l'orchestre dans Frank Martin et les Métamorphoses de Richard Strauss.