Cello 360 résonne comme la vision circulaire d’un drone. D’autant que sur la pochette de son dernier disque, Christian-Pierre La Marca saute en apesanteur dans les nuages, sans son violoncelle, mais l’archet pointé telle une baguette indicatrice. Le titre de l’album balaye large. S’il s’agit en fait d’une compilation de pièces pour violoncelle seul, les œuvres choisies déjouent la notion habituelle du solo. Christian-Pierre La Marca est bien l’unique musicien en lice. Mais il se démultiplie dans certaines pièces pour toucher des zones inédites de son instrument à quatre cordes. Les traditionnelles traversées en solitaire se voient agrémentées d’explorations à plusieurs voix, avant de flirter avec l’univers symphonique et de déboucher sur l’électro.