Sa voix bleue d’adolescence. Sa barbe de gardien de phare. Christophe Honoré, 51 ans, offre ces jours son Ciel de Nantes, l’histoire d’un jeune Christophe cinéaste qui veut ressusciter la smala dingo de son enfance. Produit par le Théâtre de Vidy, présenté depuis vendredi à l’Opéra de Lausanne, ce spectacle est d’une beauté, d’une drôlerie, d’une liberté déchirantes.