Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«Plaire, aimer et courir vite», de Christophe Honoré.
© DR

Festival de Cannes

Christophe Honoré, le temps de ses premières amours

Christophe Honoré présente en compétition un beau film romanesque, «Plaire, aimer et courir vite», dans lequel il revisite sa jeunesse de Breton rêvant de Paris

Plaire, aimer et courir vite est le onzième long métrage de cinéma de Christophe Honoré, et c'est aussi son œuvre la plus personnelle à ce jour – bien plus encore que Les chansons d'amour (2007). On y suit l'éducation sentimentale d'Arthur (Vincent Lacoste, talent immense), jeune étudiant breton tombant amoureux d'un écrivain parisien plus âgé, Jacques (Pierre Deladonchamps, tout en romantisme retenu), lui-même meilleur ami d'un journaliste, Mathieu (Denis Podalydès, surprenant et bouleversant).

Or Christophe Honoré est un Breton monté à Paris, devenu cinéaste, critique et écrivain. Il est aussi dramaturge et présentera à la rentrée une pièce elle-aussi d'inspiration autobiographique, Les idoles, au Théâtre de Vidy.

Arthur tombe donc amoureux de Jacques. Il est jeune, curieux et fougueux, a faim d'amour et de rencontres. Jacques est, lui, déjà désabusé. On est en 1993 et le sida est un rapace qui se repaît de ses amis. Il y a une année, ici même à Cannes, 120 battements par minutes faisait sensation. Il y était question de militantisme, c'était un film de combat, qui parlait en quelque sorte de la face publique de la maladie.

Plaire, aimer et courir vite, c'est, à l'opposé, un film intime. Il est d'autant plus émouvant qu'il n'impose aucun point de vue. Seuls comptent les personnages, les petites histoires avant la grande. Le montage est leste, musical, porté par une bande-son quatre étoiles. Le récit est certes intime, mais aussi fabuleusement romanesque.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps