Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Christophe Lambert dans le rôle du Highlander immortel.
© DR

Le nanar à revoir 

Christophe Lambert, ses yeux de bulots bouillis et l'enfer cinématographique

Chaque jeudi de l’été, «Le Temps» revient sur un navet qui a marqué l’histoire du 7e art. Cette semaine, «Highlander» est à l'honneur

Dans un parking new-yorkais, Russell Nash (Christophe Lambert), antiquaire renfrogné, se trouve face à un sicaire vindicatif. Tirant de son manteau un sabre japonais du IXe siècle av. J.-C., il décapite son adversaire et commence à flashbacker sur l’an de grâce 1536, roulez tambours, résonnez cornemuses, quand il s’appelait Connor McLeod, portait le kilt et menait son clan à la guerre.

Sur le champ de bataille, il se fait tuer par un redoutable guerrier tout de noir vêtu. Mais le lendemain, Connor est de nouveau sur pied, car il est immortel. L’éternité c’est cool, sauf que les bénéficiaires sont condamnés à se battre à mort entre eux jusqu’au dernier. C’est ce qu’enseigne Ramirez (Sean Connery), un grand d’Espagne de 2437 printemps, qui initie Connor au maniement des armes dans les sites les plus pittoresques d’Ecosse.

Contre-jours, jeux de fumée, couleurs flashy

Russell Mulcahy a appris le métier de réalisateur en tournant des vidéos pour Duran Duran ou Elton John. L’esthétique du clip, qui a fait beaucoup de tort au cinéma des années 80, atteint un sommet dans Highlander (1986). Elle s’épanouit dans des motifs comme les contre-jours, les jeux de fumée, les couleurs flashy et la chevelure en choucroute des femmes.

Entre les pierres en carton-pâte qui s’écroulent et les éclairs laborieusement pixelisés, les effets spéciaux font pitié. Les chorégraphies martiales sont approximatives, le scénario débile, les scènes d’actions médiocres, les scènes sentimentales consternantes, le manichéisme caricatural – Kurgan, l’ennemi transséculaire de Connor, pousse la vilenie jusqu’à l’obscénité en frétillant de la langue devant une bonne sœur… Un rodéo de voitures parfaitement gratuit agrémente la fin du film et, pour que l’abomination soit totale, le rock pompier de Queen empoisse les images chics et toc. Le comble de la bêtise est atteint lorsque le héros, debout au fond d’un loch, fait des bulles en comprenant qu’il n’est pas mort.

Tout ceci ne serait rien s’il ne fallait subir Christophe Lambert, l’acteur le moins inspirant des cinq derniers siècles, avec son regard vif comme deux bulots bouillis et le petit chevrotement qui lui tient lieu de rire. Highlander a engendré des suites plus minables les unes que les autres.


Lire aussi: Un Vénusien conique fait régner la terreur dans «It Conquered the World»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a