Histoire 

Churchill, meilleur allié des partisans du Brexit?

On ne sait pas clairement si Winston Churchill souhaitait que son pays intègre l’Union européenne. A défaut d’aider les Britanniques à faire leur choix le 23 juin prochain, le héros national incarne les tiraillements d’Albion dans une biographie de Boris Johnson, ancien maire de Londres et aujourd’hui leader du camp eurosceptique

Leave or remain? Le 23 juin, les Britanniques sont invités à décider si leur pays doit rester dans l’Union européenne ou la quitter, avec des conséquences économiques cauchemardesques en cas de divorce, si l’on en croit la City et la Commission européenne. Le président Jean-Claude Juncker a promis que «les déserteurs» ne seront pas accueillis à bras ouverts.

Mais à trois semaines du vote sur le Brexit, la campagne devient plus émotionnelle et les deux camps prennent l’histoire à témoin. «Voyez comme l’Union européenne a contribué à la paix en Europe depuis 70 ans», dit en substance le premier ministre David Cameron, qui affirme que l’isolationnisme n’a jamais réussi au Royaume-Uni et que le Brexit pourrait même mener à la guerre. Or, qui a été le plus ardent promoteur d’un rapprochement des nations dévastées après deux guerres mondiales? Winston Churchill, bien sûr, qui a appelé de ses vœux la création des «Etats-Unis d’Europe» dans un discours à l’Université de Zurich en 1946.

Certes, mais le Royaume-Uni devait-il faire partie de ce grand ensemble pacifié? Le grand Winston n’a-t-il pas dit aussi, pendant une prise de bec avec de Gaulle en 1944, que «si la Grande-Bretagne devait choisir entre l’Europe et le grand large, elle choisirait toujours le grand large»? Et voilà l’homme au cigare capturé à son tour par les pro-Brexit, dont Boris Johnson est devenu la tête de file.

«Boris», comme l’appellent ses concitoyens, semble sorti d’un sketch des Monty Python: loufoque, hirsute et gaffeur, d’une sincérité désarmante et doté d’un gabarit d’ours, il sait emballer les foules, à l’inverse du très posé David Cameron, gendre idéal à l’accent «posh». Les deux frères ennemis, tous deux conservateurs, tous deux ayant fréquenté Eton et Oxford, semblent les deux faces d’un esprit anglais tiraillé entre deux destins nationaux inconciliables.

La Grande-Bretagne en 1940

Sous ses airs pas sérieux, Boris a écrit en 2015 une biographie de Churchill, «Winston. Comment un seul homme a fait l’histoire». A mille lieues de ses pitreries télévisées qui circulent sur Facebook, l’ancien maire de Londres se révèle un historien talentueux. Sur quelque 500 pages, il démontre que parfois, un seul homme peut tout changer. Ce fut le cas un jour de mai 1940, le 28 exactement. La carte de l’Europe était un cauchemar à croix gammée. L’Allemagne nazie pulvérisait l’armée française et le corps expéditionnaire britannique attendait son évacuation à Dunkerque. Comme l’Union soviétique avait pactisé avec les nazis et que les Etats-Unis ne voulaient rien savoir du monde extérieur, il n’y avait que la Grande-Bretagne qui puisse faire face à Hitler.

Le pire, c’est qu’à ce moment-là, les Anglais ne veulent pas la guerre: Lord Halifax, par exemple, ministre des Affaires étrangères avec qui Churchill doit compter, ainsi que la majorité de l’establishment préféreraient négocier avec Hitler, qui vient d’envoyer une proposition de négociation via l’ambassade italienne. Comment ne pas accepter l’offre d’une Allemagne invincible! Mais Churchill sait bien que si l’Angleterre négocie, elle sera mise à terre, et Albion sera réduite en esclavage. Le 28 juin, devant son gouvernement dont il n’est que le primus inter pares, Winston tient un discours qui se termine sur ces mots: «Si la longue histoire insulaire qui est la nôtre doit prendre fin, qu’elle s’achève lorsque chacun de nous sera à terre et étouffera dans son sang.»

Cette version shakespearienne de la formule plus connue «Je vous promets du sang et des larmes» bouleverse et convainc les hommes présents dans la salle qu’il n’y a pas d’autre choix que combattre. Non, Churchill n’était pas un belliqueux, il était réaliste. Et sans la contribution des Britanniques en 1940-1942, la guerre aurait été perdue.

Orgie de whiskies

On en apprend toujours sur Churchill, qui semble n’avoir gaspillé aucune seconde de ses 91 ans de vie: il lisait, écrivait et dictait ses lettres jusque dans son bain, laissant plus de 8700 pages de discours et 31 ouvrages en 60 ans de vie politique. Il a combattu dans plusieurs batailles au péril de sa vie et pilotait des avions au temps où c’était de la folie pure. Il a contribué à l’invention du tank, fondé le principe de la pause thé pour les ouvriers (qui fut aboli sous Margaret Thatcher). Tout cela – la liste est loin d’être exhaustive – dans une orgie de cigares et de whiskies, dont il jura à la fin de sa vie qu’il n’en consommait pas avant le petit-déjeuner. Ah oui, et il peignait, aussi.

Mais Churchill, c’est aussi la personnification d’un certain esprit anglais, que Johnson décrit ainsi: «Pétri d’humour mais volontiers belliqueux; irrévérent mais attaché aux traditions; ferme mais sentimental; sensible au plaisir des mots et de la langue sous toutes ses formes; prompt à fauter question alcool et bons petits plats.»

Tout homme d’Etat qu’il était, et malgré sa naissance aristocratique à Blenheim Palace en 1874, Churchill avait un côté excentrique, frondeur, mal attifé et rond qui le rangeait du côté de l’Anglais moyen. Churchill rappelle la figure de John Bull, personnage populaire du XVIIIe siècle, «gentleman corpulent qui, depuis deux siècles, symbolise la réponse joviale mais musclée des Britanniques à toutes les grandes coalitions continentales», écrit Boris Johnson.

Cette image, il l’utilise largement pendant la guerre, à des fins de propagande. On le voit poser avec son chapeau haut de forme et nœud papillon, empoignant une mitraillette Thompson à chargeur camembert, celle des bandits de Chicago des années 20. Churchill a beau ressembler à Laurel et Hardy, il sait parfaitement charger une arme et n’hésitera pas à en faire usage, tel est le message.

Europhile ou eurosceptique?

Mais alors, l’esprit britannique serait-il par nature hostile à une entité plus vaste appelée Union européenne? Comment Churchill la jugerait-il aujourd’hui et, surtout, penserait-il que le Royaume-Uni doit en faire partie?

Churchill est europhile, c’est indéniable. A plusieurs reprises il plaide pour des Etats-Unis d’Europe, et même pour l’intégration du Royaume-Uni. En 1950, lorsqu’il n’est plus au pouvoir, il estime que le Royaume-Uni répond présent aux premières ébauches d’une communauté de destin. «Nous gagnerons bien plus à participer aux discussions qu’à rester extérieurs […]. Les absents ont toujours tort, disent les Français. L’absence de la Grande-Bretagne déséquilibre la balance de l’Europe.»

Oui, dit Boris Johnson dans son livre, le Royaume-Uni aurait dû entrer dans l’Europe «quand l’argile était encore fraîche», mais il a manqué le train et est entré 25 ans plus tard dans une communauté très légaliste très peu au goût des Anglais. Tel est le point de vue d’un eurosceptique persuadé que Churchill voterait pour le Brexit.

C’est vrai, Churchill a une certaine idée du Royaume-Uni comme grande puissance maritime et atlantique, qui ne saurait se dissoudre dans un projet uniquement européen. Aussi les «Etats-Unis d’Europe» n’incluent pas forcément la Grande-Bretagne comme membre, mais plutôt comme parrain bienveillant. «Nous avons notre propre rêve et notre propre mission. Nous sommes avec l’Europe mais nous ne sommes pas en Europe», disait Churchill une décennie plus tôt. Il lorgnait plutôt du côté des Etats-Unis d’Amérique, puissance montante qu’il voyait reprendre le flambeau impérial, avec laquelle le Royaume-Uni devait s’arrimer au nom de l’union des «peuples de langue anglaise».

Disparu il y a 51 ans, Churchill lègue des positions ambiguës qui n’aideront pas les Britanniques à faire leur choix. Il incarne le tiraillement d’un pays de puissance moyenne qui tantôt ressent la nostalgie de sa grandeur impériale, tantôt s’identifie au grand frère américain, ou encore exprime une solidarité sans faille avec son voisin le continent européen lorsque l’heure est grave. Pas facile de choisir quand on a un si riche passé.



A lire

Boris Johnson, «Winston. Comment un seul homme a fait l’histoire», 2015, Stock, 460 p.

Publicité