Association

Le cinéma par et pour les jeunes

Alors que le septième art ne semble plus séduire la jeune génération, le projet #Ciné entend bien inverser la tendance. Le collectif organise ce jeudi à Lausanne une avant-première de «Blaze», biopic consacré au chanteur de country Blaze Foley, suivie d’un concert et d’une rencontre avec deux artistes

Posts sur les réseaux sociaux, distribution de flyers, pose d’affiches ou encore recherche de partenariat. Les jeunes du collectif #Ciné ont pris leur tâche très au sérieux et rigoureusement planifié leur stratégie de communication afin de préparer la soirée de ce jeudi. Passionnés de cinéma pour la plupart, ils organisent la projection du film Blaze, en marge de laquelle se tiendra un concert du duo lausannois Imelda & Clyde. Un événement entièrement pensé par eux et mis en œuvre grâce au projet #Ciné.

Lire aussi: Ethan Hawke, les confessions d’un ex-poète disparu

L’association du même nom est née à Neuchâtel l’année passée, et s’est développée dans sept autres villes suisses: Lausanne, Berne, Bâle, Zurich, Sion, Fribourg et Saint-Gall. L’initiative est née d’un constat alarmant: celui du désamour des jeunes pour le septième art. Un désintérêt qui, selon le collectif, s’explique en partie par les nouveaux modes de consommation audiovisuelle, streaming et téléchargement, financièrement plus avantageux. L’idée consiste donc à confier à des adolescents l’organisation de séances de cinéma qui leur sont réservées, au tarif unique de 8 francs, et de présenter un film autour duquel ils conçoivent un événement dont ils assurent l’entière organisation et la promotion.

Joindre l’utile à l’agréable

«La coordination nationale du projet nous fait parvenir une liste de films. Les jeunes discutent entre eux pour décider de celui qu’ils ont envie de visionner, avec une idée d’événement assorti», explique Raphaël Meyer, chargé d’encadrer le groupe lausannois dans la réalisation des projets qui accompagnent chaque projection. Il se réjouit de l’implication des jeunes: «Ils sont vraiment dedans, dès qu’on leur donne les accès, ça fonctionne très bien.» Si le projet se présente avant tout comme culturel, #Ciné permet aussi aux jeunes d’enrichir leur curriculum. «J’essaie de leur faire comprendre que ce qu’ils font ici pourra les aider dans leur futur métier», commente Raphaël Meyer.

Une projection du film Girl avait déjà été orchestrée au début du mois d’octobre. Une séance d’une rare intensité suivie d’un échange avec des adolescents ayant entamé une transition vers un autre sexe. «Le fait de n’avoir que des jeunes a rendu le moment très intime et bienveillant», se réjouit Raphaël Meyer.

Publicité