Mercredi 14 mai, le 19:30 de la TSR aura une saveur toute particulière. Philippa de Roten, la cheffe de la rubrique Culture et Société, prépare en effet une édition entièrement réalisée par des cinéastes suisses. L'occasion? L'ouverture du 61e Festival de Cannes le soir même.

Parmi les sujets prévus, sous réserve bien sûr de tous les contretemps qui peuvent menacer ce genre d'opérations spéciales, certains s'annoncent déjà très excitants. Ursula Meier pourrait envoyer un sujet de la Croisette où, unique sélectionnée suisse à Cannes cette année, elle présentera, dimanche 18 dans le cadre de la Semaine de la critique, son nouveau film, Home, avec Isabelle Huppert et Olivier Gourmet. Francis Reusser devrait mitonner un ou deux reportages autoproduits à 100% dans les arcanes hi-tech de son Cinéatelier de Bex. Et, clou probable de la soirée, Jean-Luc Godard a également répondu à l'appel: contre toute attente et alors qu'il prépare cette année un nouveau long métrage très attendu (Socialisme), il s'est dit intéressé à envoyer deux minutes inédites et dont la nature est bien sûr laissée à sa créativité. Qu'en sera-t-il exactement? Suspense jusqu'à mercredi 19 heures 30.

Le «risque du bizarre»

Un an après avoir confié, à l'occasion du Salon du livre et de la presse de Genève, les commandes du journal télévisé à des écrivains, le 19:30 prend à nouveau, selon Philippa de Roten, le «risque du bizarre»: «L'envie, surtout, de sortir de l'uniformisation du ton journalistique.»

A découvrir la liste des cinéastes qui, outre Ursula Meier, Reusser et Godard, ont répondu présent, l'uniformité paraît impossible. Esther Mamarbachi lancera en effet des sujets filmés, des commentaires et/ou des montages d'images d'actualité signés Dominique de Rivaz, Elena Hazanov, Patricia Plattner, Lionel Baier, Frédéric Mermoud, Jacob Berger, Raymond Vouillamoz, Sam ou Fred Guillaume et probablement Barthélémy Grossman. Si certains, comme Jean-Luc Godard ou Dominique de Rivaz, se livreront à l'exercice de la carte blanche, la plupart des autres connaîtront le thème de leur reportage le mercredi matin seulement. L'idée, d'emblée passionnante sur le papier, sera également immortalisée à travers un making of diffusé le soir même.