Le vampire, cette obscure et terrifiante créature, cette métaphore du désir, est en passe d'ensorceler tous les adolescents américains et bientôt européens.

Dans Twilight, il a troqué sa cape vieillotte contre un blouson en jean vintage, son château hanté contre une maison high-tech de l'Oregon. Il a un visage d'ange. Son regard est brûlant, envoûtant. Les filles se pâment sur son passage et les couloirs de l'école transpirent de désir. Il répond au doux nom d'Edward, comme le héros de Jane Austen dans Raison et sentiments. Il écoute le «Clair de lune» de Debussy. Contrairement à ses ancêtres, il lutte contre ses instincts sanguinaires en disant non à la tentation. Une tentation qui se nomme Bella, humaine et diablement charnelle. Ils ont 17 ans, l'âge de la découverte amoureuse et charnelle...

Twilight (le crépuscule) en devient une métaphore de cet appétit adolescent et de la difficulté de le comprendre et le satisfaire. Le film est tiré du roman Fascination de Stephanie Meyer, qui s'est vendu à plus de 18 millions d'exemplaires à travers le monde. Le couple star Kristen Stewart/Robert Pattinson coiffe au poteau Zac Efron et Vanessa Hudgens (High School Musical) en termes d'hystérie collective. Plus sexy et plus «réaliste» que la comédie musicale produite par Disney, Twilight évoque un univers sombre et brûlant qui plaît à cet âge.

Pour autant, cette belle histoire d'amour impossible et transcendant peut avoir un niveau de lecture bien moins glamour, plus réactionnaire. Le «non» à la tentation de notre héros peut en effet se lire comme une allégorie de l'abstinence. Un esprit mal tourné (ou plutôt averti?) ferait vite le rapprochement avec la culture mormone dont se revendique l'auteure, habitante de l'Utah, un Etat réputé puritain. Et si Twilight n'était au fond qu'un conte prônant la chasteté aux petites têtes blondes, pour ne pas être «rattrapé» par le mal et sombrer dans le péché? Bref, un long métrage à mille lieues de Thirteen et Lords of Dogtowns, les premiers films de Catherine Hardwicke, mais plus proche de sa récente Nativité...

Twilight - Chapitre 1: fascination (Twilight), de Catherine Hardwicke (USA 2008), avec Kristen Stewart, Robert Pattinson, Billy Burke, Ashley Greene, Nikki Reed. 2h02