S’il fallait n’en retenir que cinq

Dieudonné Niangouna. L’auteur congolais frappe toujours. Il joue Kung-fu (du 3 au 22 février).

Stanislas Nordey. L’artiste français a une passion pour Pasolini. Il monte Affabulation (du 3 au 13 mars).

Angélica Liddell. Un corps d’allumette, un visage d’ange: la performeuse espagnole enchaîne Carta de San Pablo a los Corintios. Beethoven, sinfonia No 7 et Tandy (en mars).

Maguy Marin. Cette chorégraphe-chercheuse présente Singspiele et BiT (en avril).

Nicolas Bouchaud. Cet acteur léonin dit Un Métier idéal, livre de John Berger et du photographe Jean Mohr (en mai).