Cette série-là s’inspire «de faits réels et de mensonges», est-il précisé d’emblée. Au moins, c’est clair – ou presque. On laissera aux plus assidus le soin de décortiquer le vrai du faux dans l’amusante Clark, série suédoise que propose Netflix. Le coauteur et réalisateur Jonas Åkerlund s’inspire des mémoires de Clark Olofsson, l’homme qui fut, dit l’histoire et un peu la légende, à l’origine du syndrome de Stockholm, cette étrange alchimie qui rapproche des preneurs d’otages et leurs victimes.