Andrea Bocelli

Sentimento

(Philips 470 400-2/ Universal)

Bocelli en novembre, Noël en décembre. Le ténor italien s'acoquine avec le violoniste et chef d'orchestre Lorin Maazel pour des adaptations de tubes lyriques. En soi, pourquoi pas. Faire feu de tout bois et sirop de tout air larmoyant, telle semble la devise de Sentimento. Une façon de fabriquer un «son d'opéra» en cumulant les clichés: quelque chose de gras, de mélodramatique et d'italien, même lorsque le chanteur met en voix le Concierto d'Aranjuez ou le Liebestraum de Liszt. Qu'importe, puisque Maazel enrobe l'ensemble de glu universelle.