Classique. Franz Liszt. Intégrale des années de pèlerinage. Nicholas Angelich (piano) (Mirare MIR 9941/Musicora)

Il ne faut pas être pressé pour écouter ces Années de pèlerinage. Nicholas Angelich prend son temps. Si certaines pièces paraissent exagérément lentes (les silences durent une éternité), le pianiste parvient à habiter cette lenteur. Il plonge dans des abîmes de noirceur pour mieux renaître au grand jour (sublimes «Cloches de Genève» à la fin de la Première année). Une mélancolie inconsolable hante ces interprétations. Un voyageur condamné à l'errance. Le toucher est d'une plénitude constante, la prise de son excellente.