Classique. Franz Schubert. Sonate en si bémol majeur D 960, trois lieder Leif Ove Andsnes (piano), Ian Bostridge (ténor) (EMI Classics)

Leif Ove Andsnes poursuit son intégrale des Sonates de Schubert avec les mêmes qualités et défauts que ses disques précédents. La sonorité est ample, ronde, le toucher admirable, mais la tension n'y est pas. C'est un Schubert trop maîtrisé, qui contemple son visage dans un miroir mais n'ose percer les ombres. Curieusement, le pianiste paraît plus engagé lorsqu'il accompagne Ian Bostridge. Comme d'habitude, le ténor agace par ses maniérismes (son timbre d'adolescent sied mal au mélodrame Abschied von der Erde), sauf dans le superbe lied Viola auquel il restitue toute la candeur.