Comment un guitariste contemporain doit-il jouer les suites et préludes pour luth de J.-S. Bach? C'est la question à laquelle tente de répondre Stephan Schmidt. Le résultat: une interprétation personnelle et belle, sur guitare à dix cordes, d'une œuvre pour plaisirs très très solitaires. Peut être l'enregistrement le plus bouleversant de l'année du 250e – tant rabâché – de la mort du compositeur. Une prise de son trop rapprochée, ce qui fait «vibrer» les basses dangereusement, mais une image sonore claire et nette.