Stéphanie d'Oustrac, Amarillis. Médée furieuse. (Ambroisie/Musicora)

Stéphanie d'Oustrac signe ici un très beau disque consacré à la figure de Médée. Accompagnée par un ensemble miniature (Amarillis), elle chante la magicienne gagnée par la soif de vengeance. En dépit de ses petites dimensions, la cantate Médée de Louis-Nicolas Clérambault est d'une grande charge expressive. La mezzo française y rayonne avec insolence et distille tout le venin d'une Médée délaissée par un Jason volage. Des extraits de la tragédie lyrique Thésée de Lully, une cantate de Nicolas Bernier, des pièces instrumentales et des airs d'opéra italien (moins nécessaires) en font une anthologie attachante.