Directeur pendant 43 ans de l'Union des compositeurs de l'URSS, Tikhon Khrennikov fut à bien des égards l'instrument du régime stalinien, réfractaire à l'avant-garde alors incarnée par Prokofiev et Schostakovich. Bien plus sage que celle de ses illustres contemporains, sa musique ne manque cependant pas de charme, tels qu'en témoignent ces enregistrements pris sur le vif en 1988 et servis par la fraîcheur de solistes alors à l'aube d'une brillante carrière.