Wolfgang Amadeus Mozart. Concertos pour piano N°12 et 24. (Deutsche Grammophon/Universal)

Deux ans après un disque consacré aux Concertos N°17 (magnifique) et 21, Pollini s'empare de deux autres concertos de Mozart. L'entente est toujours aussi bonne avec les Wiener Philharmoniker (les vents!), le jeu toujours aussi bien découpé, sans chichi (en dépit d'un excès de pédale, parfois), mais il manque un supplément d'imagination. C'est une question de goût. Pollini pourrait se montrer plus aventureux. Clara Haskil, dans un Concerto N°24live de 1956 truffé d'accidents avec Victor Desarzens et l'OCL (Claves), développe un toucher crépitant (le staccato!) tout en restant parfaitement rigoureuse.