Rentrée Théâtrale – Notre sélection

Les classiques

Les grands metteurs en scène ne sont jamais aussi bons que face aux classiques. Omar Porras empoignera Henrik Ibsen, Wajdi Mouawad s’emparera de Sophocle, autant de chocs en vue

Les Femmes savantes, au Théâtre de Vidy à Lausanne, du 29 octobre au 2 novembre, www.vidy.ch

Molière, encore lui? Oui, mais rêvé par le Québécois Denis Marleau, le plus cinéaste des metteurs en scène. Le spectacle allie bonheur de la situation et fulgurance de l’image.

Pompée et Sophonisbe, à la Comédie de Genève, du 29 octobre au 2 novembre, www.comedie.ch

Corneille, le plus noble des auteurs. La Française Brigitte Jaques-Wajeman prise ses dilemmes. Naguère, à la Comédie déjà, elle lustrait La Place Royale, puis en 2004 L’Illusion comique. Avec elle, Corneille reprend son vol.

La Dame de la mer, au Théâtre de Carouge, du 18 octobre au 7 novembre, www.tcag.ch

Henrik Ibsen est sans doute l’un des auteurs les plus joués dans le monde. Ses pièces attaquent le tissu des hypocrisies. Omar Porras trousse La Dame de la mer.

Ajax et Œdipe roi, à la Comédie de Genève, du 21 au 26 janvier.

Sophocle est le poète de l’excès. Ses héros marchent sur la crête de l’humanité. Un pas de côté et ils chutent dans l’indignité. L’auteur et metteur en scène québécois Wajdi Mouawad a fait forte impression en 2011 ici même en présentant Des Femmes, d’après Sophocle. Il poursuit sa fréquentation des monstres.

Le Malade imaginaire, au Théâtre de Carouge, du 14 janvier au 2 février, www.tcag.ch

Molière, encore lui (bis)? Oui, mais astiqué par Jean Liermier, directeur de la maison carougeoise. Avec dans le rôle d’Argan, Gilles Privat, la rigueur comique incarnée.

Publicité