Le réalisateur genevois Claude Goretta, 73 ans, signera-t-il la biographie filmée de François Mitterrand? La nouvelle a percolé dans les gazettes, précautionneusement annoncée au conditionnel. L'auteur de La Dentellière (1977) vient de signer deux biographies de grandes figures de l'histoire contemporaine française: Georges Mandel et Léon Blum. Est-ce pourquoi l'on songe à lui pour traiter celle de Tonton?

La question fait sourire le cinéaste qui ne se perçoit pas du tout comme un spécialiste du film historique. Claude Goretta prépare actuellement l'adaptation d'un roman de Georges Simenon, La fuite de Monsieur Monde pour France 2, un film prévu pour 2003 dont il corédige le scénario. Pas encore de scénario, en revanche, ni de quelconque texte pour le projet échafaudé sur François Mitterrand.

«J'ai effectivement lu un livre consacré aux rapports entre Mitterrand et Bousquet et surtout Le Dernier Mitterand du journaliste Georges-Marc Benamou (Plon), qui m'a beaucoup intéressé, précise-t-il. Si je suis indifférent aux anecdotes scandaleuses, en revanche, la fin de vie violente de cet homme au seuil du grand affrontement me touche. Mais comment aurais-je pu me prononcer sur ce projet en l'absence de scénario?»

A sa sortie, le livre de Georges-Marc Benamou avait été rejeté avec force par la famille de l'ancien président ainsi que par ses proches, dont certains ont déjà exprimé leur méfiance quant au film éventuel. La société propriétaire des droits, Film oblige, dirigée par les producteurs Franck Le Wita et Marc de Bayser, se défend en annonçant un ouvrage «intelligent et instructif». Elle ne cache pas son désir de voir le comédien Michel Bouquet tenir le rôle principal et semble avoir également choisi son scénariste, l'historien Jean-Michel Gaillard, ancien conseiller d'Hubert Védrine et de François Mitterrand à l'Elysée.

Mais rien n'est encore défini. De son côté, Claude Goretta admet: «Oui, le sujet me tente. Même s'il est encore trop proche et si le recul manque.»