Aller au contenu principal
Claude Lanzmann en 1985, peu après la sortie de son film «Shoah».
© JOEL ROBINE/AFP PHOTO

Décès 

Claude Lanzmann, documentariste de la Shoah, est mort

Le réalisateur de «Shoah», qui était aussi écrivain et journaliste, était âgé de 92 ans. Il est mort à Paris ce jeudi

Journaliste, cinéaste, écrivain, grand passeur de mémoire, Claude Lanzmann, décédé jeudi à Paris à 92 ans, a marqué l'histoire du XXe siècle avec Shoah, film monument sur l'extermination des Juifs par les nazis.

«Je suis habité par la conscience orgueilleuse de ce que j'ai accompli», disait le réalisateur à propos de ce film de 9 heures 30, sorti en 1985, qui a obtenu des récompenses dans le monde entier et a été vu par des dizaines de millions de spectateurs. «Cent vies, je le sais, ne me lasseraient pas», affirmait cet intellectuel au caractère téméraire, à l'existence menée tambour battant.

Dans la résistance à 18 ans

Petit-fils d'immigrés juifs biélorusses, Claude Lanzmann naît le 27 novembre 1925 à Bois-Colombes, dans la banlieue parisienne, d'un père décorateur et d'une mère antiquaire. Il doit très tôt faire face à l'antisémitisme, notamment au lycée parisien Condorcet.

En 1940, son père, résistant, l'emmène à Brioude en Auvergne avec son frère cadet Jacques (décédé, écrivain et parolier du chanteur Jacques Dutronc) et sa soeur Evelyne (qui sera actrice et se suicidera).

Là, il les entraîne à disparaître sans laisser de traces, simulant des rafles. «A travers les branchages, nous apercevions ses bottes de SS et nous entendions sa voix angoissée de père juif : «Vous avez bougé, vous avez fait du bruit»», a raconté Claude Lanzmann dans ses mémoires Le lièvre de Patagonie (2009).

Encensé par la critique, cet ouvrage est son unique «vrai» livre, les autres étant des recueils d'articles et les textes de ses films.

A 18 ans, il entre dans la Résistance, participant aux maquis d'Auvergne. Après la guerre, il part étudier la philosophie à Tübingen en Allemagne, devient lecteur de littérature française et de philosophie à l'Université Libre de Berlin.

De Beauvoir et Sartre

A son retour en France, il gagnera sa vie, pendant des années, comme «rewriter», dans des journaux du groupe de Pierre Lazareff, comme France-Dimanche ou France-Soir. En 1952, Claude Lanzmann rencontre Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre. Il devient leur ami et entre au comité de rédaction de la revue Les Temps Modernes, fondée par le couple. Il vit une histoire d'amour de 7 ans avec la philosophe féministe.

La première fois qu'il revoit Sartre après avoir passé la nuit avec Simone, il a «un peu d'appréhension». Ce n'était pas la peine: Sartre «bénissait cette union (...). Il rayonnait du visible bonheur du «Castor» (ndr: surnom de de Beauvoir), me témoignant une amitié allègre et vraie», a-t-il écrit.

Après leur rupture, lui et Simone resteront très proches. En 1986, après son décès, il deviendra directeur de la prestigieuse revue.

Carrière de cinéaste

Autour des années 60, après un séjour en Corée, il s'engage dans les luttes anti-colonialistes et fera partie des inculpés, parmi les signataires du Manifeste des 121, qui dénoncent la répression en Algérie. Il s'éloigne politiquement de Sartre après 1968.

Ensuite, il devient cinéaste. Il tourne d'abord "Pourquoi Israël" (1972). Puis c'est l'épopée de Shoah dont le tournage, très éprouvant, durera 12 ans. «J'ai été le maître du temps», a-t-il expliqué à propos de cette oeuvre majeure, réalisée sans images d'archives.

Claude Lanzmann a aussi tourné Tsahal (1994), Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures (1997), Un vivant qui passe (2001), Le rapport Karski (2010), Le Dernier des injustes (2013), Napalm (2017) et Les Quatre soeurs (2018), films parfois réalisés à partir des quelque 340 heures de prises de vues non utilisées pour Shoah.

Lire aussi: Claude Lanzmann, pour mémoire

Sorti en salles ce mercredi en France, son dernier film rassemble les témoignages de quatre femmes juives, témoins et survivantes de l'Holocauste. Grand défenseur de l'Etat d'Israël, il dénonçait avec force «l'antisionisme"», l'«un des masques de l'antisémitisme», disait-il à l'AFP en 2015.

Père de deux enfants dont l'un, Félix, est décédé l'an dernier d'un cancer à l'âge de 23 ans, il a été marié avec la comédienne Judith Magre, avant de divorcer et de se remarier deux fois.


En quelques dates:

1925 Naît le 27 novembre à Bois-Colombes (région parisienne)

1943 S'engage dans la résistance contre l'occupation allemande.

1952 Devient ami de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir, et vit une histoire d'amour avec la philosophe féministe jusqu'en 1959.

1972 Pourquoi Israël, son premier film.

1985 Shoah, qui a nécessité 12 années de tournage. Le film a un retentissement mondial et obtient de nombreuses récompenses, dont, en France, un César d'honneur en 1986.

1986 Devient directeur de la revue "Les temps modernes", fondée par Sartre et de Beauvoir à la fin de la guerre.

2009 Parution de ses mémoires, Le lièvre de Patagonie, salués par la critique.

2013 Ours d'or d'honneur à la Berlinale pour l'ensemble de son oeuvre.

2018 Meurt le 5 juillet à Paris.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps