jazz

Claude Tissendier, «Django’s Dream»

(Le Chant du Monde/Musicora) Il y a dans cet énième hommage à Django – et c’est ce qui en fait l’un des plus nécessaires – quelque chose d’indéfinissablement troublant...

Genre: jazz
Qui ? Claude Tissendier
Titre: Django’s Dream
Chez qui ? (Le Chant du Monde/Musicora)

Il y a dans ce énième hommage à Django – et c’est ce qui en fait l’un des plus nécessaires – quelque chose d’indéfinissablement troublant. Comme si Claude Tissendier s’était fait le contemporain de la musique qu’il joue, qui bat au rythme exact du cœur. Soit le contraire de la reconstitution, qui suppose par définition un effort, perceptible dans une modification des pulsations cardiaques. L’obsession reinhardtienne, lorsque la clarinette s’est substituée au violon de Grappelli, était Benny Goodman. Hubert Rostaing s’est coulé dans le moule, mais Tissendier, encore plus goodmanien, réalise, en plénitude et un bon demi-siècle plus tard, le vœu de Django.

Publicité