Jules Roy, L’Amour fauve (Grasset)

Paru en 1971, ce récit raconte la tentative d’apprivoisement d’une toute jeune renarde par un couple, Jules Roy et sa femme russe, qui avait besoin «d’un bouleau, d’oiseaux, d’un chien et d’un renard pour se sentir chez elle». Ce qui est frappant aujourd’hui c’est de voir que dans les années 1970, on voulait s’approcher des bêtes en tentant de les apprivoiser. Or, ce petit renard déclenche le chaos total dans la maison. C’est l’irruption de la sauvagerie. Par amour pour la renarde, le couple accepte cette irruption, mais jamais il n’obtiendra d’elle quoi que ce soit. J’aime Jules Roy parce qu’il a toujours été du côté des persécutés, des «renards».